OKTOBURPEES 2016 by Damien Stymans

De combien allez-vous améliorer votre temps cette année ?

En 2015, j’avais entamé le challenge par un calvaire de 8’46’‘… Et après un mois de pratique régulière, en suivant un programme bien construit, je bouclais les 100 Burpees en 5’56 »…

Une progression de 2’50 » !!!

Cette année, je vise les 5’25 ». On verra déjà où j’en suis le 1er octobre pour le test de lancement… a suivre…

100 Burpees c’est un défi physique mais à la portée de toutes et tous. Même les moins athlétiques pourront s’en sortir, quitte à mettre 10 ou 15 minutes avec de longues pauses, peu importe !

L’essentiel c’est d’aller au bout, d’établir un benchmark le 1er octobre, puis de suivre le programme en bénéficiant des conseils des coaches et des encouragements des autres participants et au bout d’un mois, après un dernier gros effort, on célèbre la progression spectaculaire.

En allant sur le Groupe Facebook, vous rencontrerez des gens, femmes et hommes, qui ont démarré en étant très limités physiquement et qui ont énormément progressé grace a leurs efforts et à la super dynamique du groupe. Alors vous pouvez le faire aussi !

D’ailleurs, j’ai souvent entraîné la GTeam avec moi pour les séances de Burpees. La preuve !!

 

Oktoburpees 2015

Oktoburpees 2015 – Pause Squat entre 2 séries

 

Et on est tellement devenus accros aux Burpees qu’on a remis ça, x10, pour le 1er janvier 2016 : 1000 Burpees For Time !!! Et ça, c’est encore autre chose…

Bref, le seul risque que vous prenez en participant a ce défi, c’est de ne plus pouvoir vous passer des burpees… mais ça se gère plutôt bien :p

 

Burpees1

 

Et pour les fous furieux du HIIT, le 100 Burpees est un super défi. Avec le gros challenge de passer sous les 5 minutes, et pour les meilleurs, d’aller flirter avec les 4’30 »… Avis a tous les CrossFitters, Spartan Racers et autres Free Athletes (Freeletics)…

 

Je vous attends donc tous sur Facebook pour le lancement du Challenge Oktoburpees 2016.

 

Ca se passe exclusivement dans le groupe Facebook « Oktoburpees » et, cette année, Damien m’a demandé de m’impliquer un peu plus dans l’animation du groupe alors vous pouvez vous attendre à quelques bonnes surprises.

 

A tout de suite sur Facebook !

Lien direct vers le groupe Facebook : Oktoburpees by Damien Stimans

 

Article de présentation du Challenge Oktoburpees

 

Le Syndrome du Charlatan

Synthèse :

Face au foisonnement d’informations dont nous sommes bombardés, et sous la pression permanente de devoir être toujours « dans le coup » et de « performer »… il peut parfois nous arriver d’aller chercher des solutions toutes faites auprès de pseudo-experts.

Du « prêt à penser » pour avoir une opinion sur un sujet… des produits miracles pour obtenir sans effort des résultats spectaculaires… nous sommes parfois prêts à croire le premier venu et à acheter un peu n’importe quoi… surtout quand ça nous est présenté comme une « offre irrésistible » !!!

Dans cet article, je vous propose de découvrir ce que j’appelle le « syndrome du charlatan ». Pour en comprendre les ressorts et apprendre à vous en protéger.

 

Ce que vous devez retenir de cet article :

Quand vous êtes face à quelqu’un qui prétend être un expert et propose de vous vendre « sa » solution à vos problèmes, posez-vous ces questions :

  • Maîtrise-t-il aussi bien l’application pratique, que la théorie de son domaine d’expertise supposée ?
  • Cette maîtrise pratique est-elle validée par des résultats positifs concrets, obtenus régulièrement pendant une certaine durée ?
  • Les solutions proposées sont-elles adaptées à ma situation, et ont-elles été appliquées avec succès par des personnes dans ma situation ?
  • S’agit-il d’un pratiquant chevronné qui a une expérience pratique de mes problèmes ? ou seulement d’un théoricien beau parleur ?

Bref : Avez-vous affaire à un véritable expert ou à un charlatan plus ou moins bien intentionné ?

 


Vous êtes curieux et voulez découvrir les expériences qui m’ont amenée à ces conclusions ? Découvrez tout ça dans l’article complet :

 

Audio – 10 minutes : 

 

Article : Autopsie d’un échec – Le Syndrome du Charlatan

 

FG.

Le Principe de Rafflin

Synthèse :

Ainsi nommé en hommage à un personnage qui m’a marqué par sa singularité autant que par sa sagesse empreinte de bon sens, le « Principe de Rafflin » énonce et illustre la formule magique du succès :

« trouve une solution qui marche et applique-la jusqu’à obtention du résultat attendu »…

Diaboliquement efficace… simplicité enfantine… mais beaucoup plus compliqué à mettre en oeuvre… et tout à fait inenvisageable pour un caractère comme le mien !…

 

Ce que vous devez retenir de cet article :

Je partage ici les leçons que j’ai tirées de mes nombreuses confrontations avec le « Principe de Rafflin ».

  • 1ère leçon : savoir, dans un projet, ce qui me motive vraiment. Est-ce le résultat final ? ou le chemin pour y arriver ?

J’ai réalisé bien tard à quel point je me sentais déconnecté des objectifs strictement concrets liés au business. Par exemple, en lançant le projet Vivalavi, je ne me représentais pas vraiment ce que signifiait la construction d’un vaste complexe hôtelier. En fait, même si je poursuivais cet objectif et que j’avais l’impression de tout mettre en œuvre pour l’atteindre, je n’étais pas vraiment attaché à ce résultat. Ce que je savais, et ce qui me motivait, c’est qu’à travers ce projet, je pouvais mobiliser des tas de ressources et créer une dynamique par laquelle, à coup sûr, de belles choses allaient pouvoir être réalisées… D’un point de vue humain, c’est très riche… mais on voit bien que c’est très dangereux du point de vue du business… Et je n’ai jamais été vraiment conscient de cette déconnexion.

 

  • 2nde leçon : Si je suis vraiment motivé par un résultat, alors je dois appliquer le principe de Rafflin ; et si je suis d’avantage motivé par le chemin que par le résultat à atteindre, alors je ne dois prendre aucun engagement par rapport à ce résultat.

Indiscutablement, pour parvenir à un résultat, il n’y a pas de meilleur chemin que l’application disciplinée de ce principe et il faut apprendre à le mettre en oeuvre quand c’est nécessaire… même si c’est dur.

En revanche, il faut aussi savoir, pour un caractère comme le mien, que la plupart du temps, la mission se révélera trop difficile et, surtout, trop déconnectée de mes réelles motivations. Dans ce cas, il est préférable de ne prendre aucun engagement, surtout vis-à-vis de tiers, concernant le résultat attendu et de se lancer dans la seule idée de faire au mieux et de s’enrichir de l’expérience, quel que soit le résultat.

 


Vous êtes curieux et voulez découvrir les expériences qui m’ont amenée à ces conclusions ? Découvrez tout ça dans l’article complet :

 

Audio – 10 minutes : 

 

Article : Autopsie d’un échec – « Le Principe de Rafflin ».

 

FG

Impro Ex-Nihilo

Vie en solo
A huis clos
Dans mon enclos

Comme un soulot
Boire des merlots
au goulot
Pour tarir le flot
Des sanglots

Par le hublot
Voir les camelot
Faire leur boulot

Les stars megalo
Qui enfument les prolos
Pour faire juter l’cash flow
Et rafler le gros lot

Bande de salauds…

Du fond d’mon bungalow
J’me triture l’ciboulot
Et j’m’active le stylo

Ecrire des brulots
Agiter le grelot
Denoncer le complot
Pour secouer l’populo

Pauvre charlot
Avec ma philo
Pris pour un rigolo
Sombre tableau…

Vie en solo
A huis clos
Dans mon enclos

 

FG – 160910

* Image d’illustration « empruntee » a Florian Briquet.

Réveil Matin – Confidences de Coach – Semaine 03

(Série lancée pour partager chaque jour un petit message inspirant avec mes enfants, par la suite, l’exercice s’est élargi et je partage désormais ce message avec un public plus large, mais il reste adressé à ma petite famille).

Lundi 5 Septembre 2016

Salut la team.

Aujourd’hui je vais vous parler des priorités. En fait c’est le thème qui va un peu servir de fil rouge cette semaine. On va en reparler souvent.

Et pour commencer je veux partager avec vous un petit outil pour booster vos journées.

Souvent quand on commence à s’ouvrir a toutes les belles possibilités de la vie. A ouvrir ses yeux, ses oreilles, son cerveau et son cœur… pour voir que la vie regorge de belles opportunités… pour grandir et pour s’enrichir… à tous les sens du terme… après l’euphorie du début, on peut être pris par une certaine forme de découragement… comme débordé par l’ampleur de la tâche…

Et c’est encore un paradoxe.

Vous avez déjà connu ça… Vous êtes devant toutes ces choses que vous avez envie de faire mais vous ne savez pas trop par où commencer… et du coup vous vous retrouvez à tourner en rond en ne faisant rien… ou au contraire à vous agiter en brassant de l’air sans être, pour autant, très efficace.

C’est là que l’outil dont je veux vous parler aujourd’hui intervient.

C’est la « Top Priorité du Jour ».

Il fonctionne en toutes circonstances mais il est particulièrement utile si vous avez besoin de vous lancer et de vous mettre sur les rails pour sortir de ce flottement et de cette frustration.

C’est très simple, parmi toutes les choses importantes qui se trouvent sur votre liste et que vous voudriez faire dans la journée. Vous allez en choisir UNE.

De préférence celle qui vous semble la plus importante, la plus symbolique. Celle qui va le plus contribuer à votre progression générale… on reviendra sur ce choix… mais l’important c’est d’en choisir une… et d’en faire votre Top Priorité du Jour.

Ça ne veut pas dire que vous n’allez faire que ça de la journée… mais ça veut dire que quoi qu’il arrive, vous allez faire AU MOINS ça. Et à la fin de la journée, quels que soient les autres résultats obtenus, si vous avez fait ça vous pourrez vous dire que vous avez passé une bonne journée.

Vous avez compris le principe. C’est hyper simple.

Parmi toutes les choses que vous voulez faire mais que vous avez parfois tendance à ne pas faire, vous en choisissez UNE. Une seule. Pas deux. Pas trois. UNE.

Et vous vous engagez à la faire aujourd’hui.

C’est bon ? Alors YAPUKA !!

Exercice du jour : Parmi toutes les choses que vous voulez faire mais que vous avez parfois tendance à ne pas faire, choisissez-en une. Faites-en votre Top Priorité du Jour. Engagez vous à ce que la journée ne puisse pas se terminer sans que vous ayez fait au moins cette chose là.

Alors ? Vous choisissez quoi pour aujourd’hui ? Quelle va être votre Top Priorité du Jour ?

C’est à vous de jouer. Amusez vous bien.

💖💖💖💖💖💖Dad

 

AUDIO : 

 


Mardi 6 Septembre 2016

Hier nous avons parlé de la Top Priorité du Jour et aujourd’hui je vais enfoncer le clou en soulignant un point essentiel pour être heureux dans la vie.

C’est même un des grands principes de la Vie. Aussi bien au niveau individuel que collectif.

C’est une des grandes règles, un des grands principes qui fondent notre identité et qui rendent possible le « vivre ensemble ».

Cette règle c’est :
Quand on dit quelque chose. On le fait.

Ça s’applique à tout le monde. Hommes, femmes, grands, petits… riches, pauvres… noirs, blancs, jaunes…

Et ça se conjugue a toutes les personnes :
Quand je dis quelque chose. Je le fais.
Quand tu dis quelque chose. Tu le fais.
Quand il ou elle dit quelque chose. Il ou elle le fait.
Quand nous disons quelque chose. Nous le faisons.
Quand vous dites quelque chose. Vous le faites.
Quand ils disent quelque chose. Ils le font.

C’est la base.

Sans ça, tu ne peux pas construire la confiance en toi et l’estime de toi qui sont indispensables pour avoir une vie riche et heureuse. Sans ça, tu ne peux pas t’aimer vraiment.

Si tu dis des choses et que tu ne les fais pas. Même si tu te dis que ce n’est pas grave. Même si tu arrives à te raconter des histoires. Au fond de toi il te manquera quelque chose. Tu auras peut-être l’air fort. Mais tu seras fragile. Tu auras peut-être l’air confiant. Mais tu vivras dans la peur.

Pourquoi ? Parce qu’on ne peut pas faire confiance à quelqu’un qui ne fait pas ce qu’il dit.

Si tu dis quelque chose et que tu ne le fais pas, tu casses le contrat. Tu casses la confiance. Tu casses le respect.

Avec toi-même. Et avec les autres.

Mais la bonne nouvelle. C’est que ça marche aussi dans l’autre sens.

Tu veux plus de confiance en toi ?
Fais ce que tu as dis que tu allais faire.

Tu veux plus d’estime de toi ?
Fais ce que tu as dis que tu allais faire.
Tu veux plus de respect et d’amour de toi ?
Fais ce que tu as dis que tu allais faire.
Tu veux que les autres t’aiment, te respectent et te fassent confiance ?
Fais ce que tu as dis que tu allais faire.

C’est à la fois très simple et extrêmement puissant. Presque magique. Comme un super pouvoir.

Si tu fais toujours ce que tu dis tu n’auras plus jamais de problème dont tu ne trouveras pas la solution. Plus jamais.

Alors comme hier. Pour aujourd’hui : identifie ta Top Priorité du Jour. Et fais-le !

Et sens le plaisir et la fierté que ca te procure. Savoure-les. C’est que du bonheur…

Décide ce que tu veux faire aujourd’hui.  Ta Top Priorité du Jour. Et fais-le !

A toi de jouer.

💖💖💖💖💖💖Dad

 

Audio : 

 


Mercredi 7 Septembre 2016

Cette semaine on est centré sur la notion de priorité et en matière de priorité je vous parlerai bientôt d’un expert incontournable : Stephen Covey. Il a beaucoup écrit sur le sujet. Et c’est un auteur, un professeur et un coach qui m’a énormément inspire.

Aujourd’hui je veux mettre en application un concept qu’il a mis en avant à savoir différencier l’urgent de l’important. Je reviendrai souvent sur cette idée. Mais pour aujourd’hui, je veux insister sur une chose qui est extrêmement importante. Jamais urgente… Mais toujours importante.

Cette chose c’est : prendre le temps de sentir.

Nous avons 5 sens… peut être même 6… et dans le tourbillon de la vie quotidienne on oublie très souvent de s’en servir. Ou en tout cas de s’en servir avec toute l’attention et toute l’intensité possibles.

Voir. Entendre. Humer. Gouter. Toucher… c’est de là que tout part. C’est là où tout commence. Et s’il y a bien UNE HABITUDE qui peut radicalement améliorer ta vie, c’est celle de te servir pleinement de tes 5 sens. Tous les jours. Le plus possible…

Je vais te dire un secret : La richesse de ta vie dépendra en grande partie de ta capacité à utiliser pleinement tes 5 sens.

Pour te connecter au monde. Te connecter aux autres. Te connecter à la vie… c’est la cle !

Alors pour aujourd’hui je te propose ce petit exercice : mets de la couleur dans ta vie !

Toute la journée, a différents moments, intéresse-toi aux couleurs, prête leur attention… prends quelques minutes pour regarder des palettes de couleur… découvre leurs nom : magenta, pourpre, violine, turquoise… ressens ce que chaque couleur t’évoque… perçois les impressions et les émotions que ces couleurs déclenchent… tu verras au début on ne sent pas grand chose mais rapidement, en se concentrant un peu, on perçoit de mieux en mieux les nuances, toutes les subtilités… on affine et on aiguise son regard… comme un outil de précision…

Regarde autour de toi, cherche les couleurs… apprend à les repérer, à les reconnaitre… Demande-toi aussi quels sont tes couleurs préférées… apprends à mieux te connaitre, à mieux connaitre le monde et à mieux connaitre la vie à travers les couleurs.

Aujourd’hui, on s’intéresse à l’important… au plus important : Les 5 Sens. Et on commence par la vue… avec les couleurs.

Alors a toi de jouer. Mets de la couleur dans ta vie… Amuse-toi bien !

💖💖💖💖💖💖Dad

 

Audio : 


Jeudi 8 Septembre 2016

Hier j’ai évoqué Stephen Covey, dont tu connais peut être la formule : priorité aux priorités… Faire passer les choses prioritaires en premier. Ça parait évident, pourtant, si ça l’était ou si ça le devenait vraiment, la vie serait 100 fois plus simple et plus belle.

Alors ? Pourquoi ça cloche ? Pourquoi les journées passent-elles si vite, sans nous laisser le temps de faire ce qu’on a de plus important à faire ?

Il y a à cela plusieurs raisons que nous verrons d’ici la fin de cette semaine mais je veux m’arrêter aujourd’hui sur la plus importante. Commencer par le plus important… Donner la priorité à la priorité c’est exactement ce que nous allons faire ! Tout de suite.

La principale raison pour laquelle les gens se sentent débordés. Et la principale raison pour laquelle toi aussi, tu n’arrives que rarement à faire ce que tu as prévu de faire dans une journée, c’est une confusion entre l’important et l’urgent.

Stephen Covey nous apprend à distinguer 4 catégories d’actions :

  • Urgent mais pas important.
  • Important et Urgent.
  • Important et pas urgent.
  • Pas urgent et pas important.

 

Je reviendrai demain sur ces 4 catégories. Mais aujourd’hui je veux insister sur la différence entre important et urgent.

L’IMPORTANT, c’est tout ce qui participe à poser les fondations solides de la vie que tu as choisi. Tout ce qui construit et renforce les aspects les plus essentiels de ta vie. Ce qui te donne le plus de joie et de bonheur… une satisfaction réelle et profonde. Tout ce qui te rend meilleur tout en contribuant à rendre le monde meilleur.

L’URGENT, c’est tout ce qui doit être fait immédiatement parce qu’il y a une échéance, une réponse à donner immédiatement… Ce sont toutes les demandes extérieures… les exigences soudaines et immédiates de la vie quotidienne… En fait tout ce qui te donne du stress et accélère le rythme de ta vie.

On voit tout de suite que la vie moderne, avec sa technologie, ses applications invasives, son bourdonnement permanent, sa pression omniprésente est une société de l’urgence.

Et pour reprendre le contrôle de ta vie il est impératif d’apprendre à sortir de ce tourbillon. Mais commençons par un diagnostic. Pour mesurer à quel point tu es atteint par ce syndrome de l’urgence.

C’est la question du jour : dans une journée, combien de temps passes-tu à répondre a des sollicitations extérieures ? Et combien de temps passes-tu à t’occuper vraiment de toi ?

Attention ! Le temps passe a te « détendre » en regardant les dernières vidéos virales ou en chattant avec des semi-inconnus sur les réseaux sociaux est à mettre dans la 1ere catégories.

Alors ? Combien de temps absorbe par le tourbillon de la vie moderne ? Et combien de temps consacre a la construction de toi même et de la vie que tu rêves d’avoir ?

Observes toi aujourd’hui ? Amuses toi a regarder a quoi tu passes ton temps ? Ne te juge pas. Observe seulement. Et note.

Et n’oublies pas de t’intéresser encore un peu aux couleurs.

A toi de jouer.

 

💖💖💖💖💖💖Dad

 

Audio : 


Vendredi 9 Septembre 2016

Aujourd’hui je voudrais faire un petit détour par rapport à notre ligne habituelle. Prendre le temps de m’arrêter sur un sujet qui est trop souvent négligé voire même oublié quand on est concentré sur l’amélioration de soi et la réalisation de ses rêves.

Ce sujet c’est le don. Pas seulement le don d’objets ou le don d’argent. Je veux surtout parler du don de soi. Donner de son temps, de son énergie et, c’est le plus important, donner de son attention.

Etre attentif aux autres. Tout part de là.

Ça demande de sortit un peu de sa bulle. Arrêter deux minutes de se regarder le nombril. Oublier un instant ses problèmes et ses grandes ambitions pour être entièrement concentré sur l’autre.

L’autre, ça peut être un ami ou un proche. Mais il peut aussi s’agir de n’importe qui. Un inconnu dans la rue. Un commerçant. Un passager dans le bus… n’importe qui.

Et il n’est même pas nécessaire de faire quoi que ce soit. Dans un premier temps, il s’agit seulement de se connecter. Par l’intention. Voir quelqu’un… l’observer attentivement (mais discrètement) et essayer de pénétrer son univers, imaginer ses émotions, imaginer son histoire. Etre attentif. Etre entièrement avec la personne. Et lui adresser une intention de bienveillance et de compassion.

« Vous êtes la. Je ne vous connais pas. Vous avez votre vie. Vos rêves. Vos petits soucis. Nous sommes sans doute différents mais au fond nous sommes pareils. Vous et moi nous voulons le meilleur pour nous même et pour le reste de l’humanité. Je ne vous connais pas mais je vous aime et je vous respecte. Et je vous souhaite une très belle journée. »

C’est l’exercice du jour. Au moins une fois aujourd’hui, fais-le. Observe attentivement une personne. Entre dans son univers. Connecte-toi à elle. Et envoie-lui cette intention.

« Vous êtes là. Nous sommes sans doute différents mais au fond nous sommes pareils. Vous et moi nous voulons le meilleur pour nous même et pour le reste de l’humanité. Je ne vous connais pas mais je vous aime et je vous respecte. Et je vous souhaite une très belle journée. »

Tu vas voir. Donner son attention aux autres c’est une très belle façon d’enrichir ta vie. Fais-en une habitude.

Même si ça peut sembler bête et inutile. Fais-le. Donne-toi a vivre cette expérience. Fais-le et tu me diras comment ca s’est passe.

A toi de jouer

💖💖💖💖💖💖Dad

 

Audio : 


Samedi 10 Septembre 2016

Ce matin je veux vous parler des « jours sans »…

On dit qu’il y a « des jours avec et des jours sans », pour dire qu’il y a des jours où ça va super bien, et des jours où ça va moins bien… des jours où on a la pêche et des jours où on ressens moins d’énergie… des jours où tout a l’air d’aller dans le bon sens et des jours où tout semble aller de travers… des jours « up » et des jours un peu « down »…

C’est normal ! Ca fait partie de la vie. Il y a des temps forts et des temps faibles. Des variations d’énergie. Et ça se ressent aussi bien physiquement, que mentalement et émotionnellement…

Alors, comment faire pour garder le cap et rester actif et efficace même dans les moments « down » ?

1- Accepter
2- S’Adapter

Accepter ca veut dire ne pas lutter contre ni s’obstiner à faire « comme si » c’était un jour « up ». Accepter c’est ne pas forcer les choses. Ne pas garder des attentes de jour « up » quand on est dans un jour « down ».

Et s’adapter ca veut justement dire revoir ses attentes pour tenir compte de la situation. Revoir ses objectifs pour ce jour-là. Recentrer sur le plus important en se disant : « Ok ! Aujourd’hui, je ne suis pas au top, je ne vais surement pas accomplir d’exploit… alors qu’est-ce que je peux faire pour que ce soit quand même une belle journée. »

En fait, il faut rapidement switcher son focus de la déception pour tout ce qu’on ne va pas pouvoir faire vers la détermination à réussir le peu que l’on va pouvoir faire.

C’est ce que j’appelle du positivisme constructif. On pourrait dire aussi du pragmatisme. Et c’est super important de développer ça !

Parce que ça va arriver. C’est sûr. Il y aura des jours où vous vous sentirez super « down » et où vous aurez l’impression que tout va mal. Alors il faut apprendre à ne pas lâcher et à rester focus même dans ces moments la. Accepter de relâcher un peu la pression pour mieux garder le contrôle.

Alors je ne sais pas si vous êtes dans un jour ‘’up’’ ou ‘’down’’ aujourd’hui mais notez bien cette petite formule pour vous en resservir à chaque fois que vous vous sentirez dans un mauvais jour :

« Ok ! Aujourd’hui, je ne suis pas au top, je ne vais surement pas accomplir d’exploit… alors qu’est-ce que je peux faire pour que ce soit quand même une belle journée. »

A vous de jouer.

💖💖💖💖💖💖Dad

 

Audio : 

 


Excellente Journée et à demain pour le Brief du Dimanche.

 

FG – 160910

La Vie en Vert

Fait Divers

Sombre calvaire,
Cœur ouvert,
Revolver.

Vide un verre,
Persévère,
Tête à l’envers.

Plein hiver,
Nu comme un ver,
Vieux pervers.

Se met au vert,
Au Diable Vauvert,
A couvert.

Belle primevère,
piverts… colverts…
Bienveillant univers.

Passage entrouvert,
Ecrire des vers,
A la Prévert…

La Vie en Vert.

 

FG – Lain – 160904

La Démocratie expliquée à mes ados

Après le débat national sur le burkini, et alors que la presse se fait l’écho des lancements de campagnes électorales des uns et des autres, un petit recadrage sur la notion de démocratie me parait d’actualité.

Note : évidemment, de nombreux points demandent à être développés. Et ce texte n’est ni un manifeste, ni une thèse exhaustive sur le sujet. C’est un jeu de question réponse tel que je pourrais en avoir un avec mes enfants de 12 et 14 ans. Son but est d’éveiller et d’alerter en suscitant des questions et des débats. Pas de formuler une vérité absolue et définitive.

 


1 – C’est quoi la démocratie ?

C’est un régime politique (on pourrait dire une façon de gouverner) dans lequel le peuple exerce le pouvoir.

Etymologiquement, « demos » désigne le peuple et kratos, désigne le pouvoir.

On distingue la démocratie d’autres régimes politique :

  • Aristocratie : c’est une élite qui exerce le pouvoir. Les nobles, les notables, les intellectuels, une classe ou une caste supérieure…

Exemples : la monarchie, avec un roi ou une reine et une classe nobiliaire ; Les émirats arabes…

Cas particulier : on parle d’oligarchie quand un petit groupe de personnes exerce le pouvoir.

 

  • Théocratie : ce sont les représentants de Dieu, donc les prêtres, qui exercent le pouvoir…

Exemples : Le Vatican ou le pape est le chef de l’État, L’Iran ou l’ayatollah est le chef de l’État.

 

  • Autocratie : c’est une personne auto-désignée qui exerce le pouvoir.

Exemples : dictatures établies suite à des coups d’états (prise du pouvoir par la violence), ou usurpation progressive du pouvoir par des personnes qui avaient été élues démocratiquement (Hitler, Mussolini…)

On voit dans la dernière définition qu’il existe des exemples historiques de glissement de régimes démocratiques vers des régimes autocratiques. Rien n’est jamais figé définitivement et dans une démocratie, le peuple doit rester vigilant s’il veut conserver son pouvoir.

 

 

2 – Le peuple exerce le pouvoir… concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

A partir du moment où plusieurs personnes doivent coexister dans un même espace, la question se pose de savoir, comment on s’organise pour vivre ensemble. Qui fait quoi ? Qui décide quoi ? Et qui commande qui ?

C’est la politique qui doit répondre à ses questions.

Dans une démocratie, on estime que c’est le peuple qui doit, collectivement, aborder ces questions et prendre les décisions. Donc on gère ensemble, on décide ensemble, on gouverne ensemble.

 

 

3 – Comment fait-on pour prendre des décisions « collectivement » ?

C’est très compliqué… et c’est ce qui faisait dire à Winston Churchill que la démocratie était le pire des régimes politiques… à l’exception de tous les autres !…

Il voulait dire par là, que c’est le plus souhaitable pour la liberté et le bien-être de tous, mais que ce n’est pas simple pour autant. C’est même souvent très compliqué. Et en tous cas plus compliqué que d’avoir une seule personne qui décide et impose ses choix a tout le monde… Comme toujours, être libre, ça donne des responsabilités et ça complique un peu la vie… mais c’est le prix a payer pour qu’elle puisse être plus belle… on n’a jamais rien sans aucun effort.

Alors concrètement, pour décider collectivement, on organise des votes. On pose des questions et les gens y répondent en votant. Et on prend des décisions en fonction du résultat des votes. Soit à la majorité absolue (plus de 50% des voix), soit à la majorité relative (ce qui emporte le plus de voix)… entre autres.

 

 

4- Comment fait-on pour faire voter tout le monde ?

Ça aussi c’est un peu compliqué, et plus la base est grande, plus c’est compliqué. Voter dans un groupe de 10 personnes qui sont réunies en un même lieu, c’est évidemment plus facile que faire voter une nation de 66 millions de personnes comme en France, ou même 320 millions comme aux Etats-Unis…

Mais on s’organise pour le faire… ce qui demande de la logistique et du contrôle pour s’assurer que les résultats des votes sont correctement comptabilisés.

Là encore, on voit bien que dans une démocratie, le peuple doit être attentif et vigilant pour ne pas laisser s’installer des fraudes électorales (falsification des résultats du vote) qui pourrait favoriser telle ou telle personne et fausser les résultats.

 

 

5- Mais concrètement, les gens votent pour quoi ?

Ca dépend des systèmes, mais en France par exemple, les gens (on dit les citoyens) ne votent pas directement pour traiter les questions (sauf dans le cas de referendum, on y reviendra). Ils votent pour élire des représentants. C’est pour ça qu’on appelle le régime politique français une démocratie représentative.

  • Au niveau local, les citoyens élisent des conseillers municipaux qui désignent le Maire.
  • Au niveau départemental, les citoyens élisent des députés.
  • Au niveau départemental, les citoyens élisent aussi des « conseillers départementaux ».
  • Au niveau régional, ils élisent des conseillers régionaux qui désignent un Président de Région.
  • Et au niveau national, ils élisent un Président de la République.

Donc ils élisent des gens pour gérer et gouverner en leur nom. C’est important : EN LEUR NOM… pas « à leur place ». C’est une petite nuance, mais qui fait une énorme différence.

 

 

6- Députés, Maires, Présidents… C’est quoi la différence entre tous ces gens ?

Le Maire et les conseillers municipaux sont chargés de gérer les communes. Ils s’occupent de la vie quotidienne des gens : les rues, les jardins, le ramassage des déchets, l’organisation de la vie collective, les écoles, les équipements communs… C’est la base de la vie démocratique d’un pays.

Les conseillers départementaux et régionaux font la même chose mais au niveau départemental et régional.

Arrondissement, Commune, agglomération de communes, départements, région… Il est souvent reproché au système français de créer des couches et des sous-couches et d’arriver à un « mille feuille » administratif difficile à comprendre et impossible à gérer…

Les Députés représentent leur « circonscription » au niveau national. Ils siègent à l’Assemblée Nationale, ils peuvent proposer des lois et ils sont chargés de les voter. Ils organisent aussi des commissions parlementaires pour surveiller le bon fonctionnement de la démocratie dans le pays.

Le Président de la République a charge de gouverner le pays. Pour l’y aider, il désigne un Premier Ministre qui nomme un gouvernement (des ministres qui sont charges de s’occuper des différentes parties : l’armée, la justice, l’école, les hôpitaux, les impôts, la solidarité…). Le gouvernement propose des lois, qui sont ensuite votées par les députés à l’Assemblée Nationale.

 

 

7- Qu’est-ce qu’il faut faire pour être député, ou maire ou président ?

Sur le principe, rien de spécial. Toi, quand tu seras majeur, tu pourras l’être si tu veux. Il faudra juste te présenter à une élection (on dit « être candidat ») et expliquer aux gens qui vont voter ce que tu vas faire quand tu seras élu (ça s’appelle « faire campagne »). Après ça, les gens votent et si tu es élu, tu y vas !

Par définition, être élu ne demande pas de compétence particulière parce que tu es là pour représenter les citoyens. Donc tu t’exprimes en leur nom. Tu décides en leur nom… Et pour faire ça il ne faut pas sortir de polytechnique ni de l’ENA… il faut juste savoir lire, écrire, parler en public et avoir à cœur de servir les autres.

C’est différent du poste de ministre par exemple. Là, il faut des compétences parce que tu traites de sujet très pointus et tu dois diriger des équipes pour obtenir des résultats… c’est un poste de manager de haut niveau. Mais ça n’a rien à voir avec les fonctions d’élus. Les élus représentent les gens qui les ont élus, et les fonctionnaires (du haut en bas de la hiérarchie) font fonctionner.

En France, on a souvent tendance à confondre les deux…

 

 

8- Pourquoi les gens qui font de la politique ils, se disputent souvent ?

Deux raisons majeures :

Première raison : Les idées. Chaque personne, élue ou pas, a une certaine vision de la vie en collectivité. Et tout le monde n’est pas d’accord sur tout. Parfois même, sur certains sujets, les désaccords peuvent être important et ça peut créer des tensions voir des disputes. Mais ça fait partie des règles du jeu et une démocratie saine et dynamique se nourrit de débats animés. Et parfois, à force de s’animer, on en arrive à se mettre un peu en colère et à sortir quelques noms d’oiseaux… mais ça n’est pas grave tant qu’on en reste aux mots et qu’on sait respecter les autres et leurs opinions, même quand elles sont différentes. Les hommes politiques sont souvent des gens qui ont des opinions très affirmées et qui sont très passionnés pour les défendre. Donc forcément, quand ils ne sont pas d’accord, le débat s’anime…

Deuxième raison : L’Ambition. Tout le monde aime avoir au moins un peu de pouvoir. C’est humain. Mais il y a des gens qui aiment beaucoup ça. Et même certains pour lesquels c’est une obsession. Ils ont envie d’être chef, grand-chef et même super-chef… Et comme ils sont plusieurs à vouloir être chef, forcément, ils se bagarrent pour avoir la place. C’est moins noble que les batailles idéologiques mais ça fait aussi partie de la nature humaine…

Et c’est à nous, citoyens de savoir distinguer l’un et l’autre. Pour cela, quand un homme politique essaie de nous convaincre il faut se poser cette question : est qu’il est animé par l’intérêt collectif ou par son intérêt a lui ? Est-ce qu’il sert des idées ou sa seule ambition ?

 

 

9) Comment le savoir ?

Pas toujours facile. Mais il y a une façon de se tromper le moins souvent possible : ne jamais se contenter d’écouter ce qu’ils disent, mais plutôt regarder ce qu’ils font.

En gardant à l’esprit ce dicton populaire : si tu me trompes une fois, tu es un bonimenteur, si tu me trompes deux fois, je suis un idiot.

En politique comme dans la vie en général, on se trompe rarement en jugeant les gens sur leurs actes, mais on peut se faire berner souvent si on se contente de les croire sur parole.

Et surtout, la meilleure façon de ne pas se laisser avoir par les beaux discours des hommes politiques c’est de s’intéresser de près a ce qu’ils font et à la vie politique au quotidien, sur le terrain, pas seulement dans les journaux ou sur les plateaux de télévision.

 

 

10) Comment faire ça ? Comment s’intéresser a la vie politique au quotidien ?

Au-delà même de la politique, la démocratie est en tout et partout. Dès que plusieurs personnes sont réunies pour faire quelque chose ensemble il y a une notion de politique et de « gouvernance ». Comme on le disait au début : comment on s’organise ? Qui fait quoi ? Qui décide quoi ? Qui commande qui ?

Groupements de quartier, associations, clubs, ONG, entreprises, syndicats, délégués de classe… et même dans la famille… Dans tous les domaines de la vie en société on peut s’en remettre à des systèmes « dirigistes » ou certains dirigent A LA PLACE des autres… ou aller vers des systèmes plus participatifs, ou chacun est partie prenante de l’organisation.

Donc j’ai envie de dire que pour s’intéresser à la politique, on peut commencer par s’informer le plus possible sur les actions quotidiennes de nos élus (dans le cadre de leur mandat, pas dans leur vie privée), pour pouvoir les juger sur leurs actions et pas sur leurs paroles.

Et pour s’entrainer à la vie démocratique il faut pratiquer la démocratie, partout. Etre acteur. Etre responsable. Se tenir informe des questions qui touchent à la vie quotidienne. Prendre part au débat. Se former un avis. Participer aux actions. En famille, à l’école, au travail, dans les clubs et les associations

Ça demande de sortir un peu de son petit monde, a passer moins de temps devant la télé, à s’intéresser a autre chose qu’a son petit nombril et se consacrer à autre chose qu’à se faire sa petite place au soleil… mais c’est sans doute la clé de l’avenir de la démocratie en tant que garante des libertés individuelles et du bien vivre ensemble.

 

Une question pour finir, mais celle-là, c’est moi qui la pose : Et toi ? Comment décides-tu de participer à la vie démocratique ? Aujourd’hui… Maintenant…