Bio – 1-05 – Trading I – Franck Girardot

Comme beaucoup de jeunes ambitieux de ma génération, j’ai flashé sur « Wall Street ». Je me souviens encore de la salle ou je l’ai vu en VO, près des Champs Elysées, au moment de sa sortie en 87. Le Choc !

L’argent décomplexé… La fin justifiant les moyens… L’ascension d’un jeune gars d’origines modestes… Un concentré de Balzac, Stendhal et Tackeray à la sauce Oliver Stone… Le mythe d’Icare réactualisé et transporté au cœur de Manhattan… Rêver d’aller décrocher la lune sur un air de Sinatra…

Et Michael Douglas alias Gordon Gekko ! L’incarnation moderne d’un David qui, à coups de coudes, se fait une place au milieu des Goliath… un doigt d’honneur permanent à l’establishment… le perceur de « plafond de verre »… le barbare qui s’invite à la table des aristocrates et se permet de roter à table…  j’aurai donné un bras pour me faire cornaquer par ce mentor-là !

J’avais 15 ans. J’étais jeune et pur. Le mot cynisme n’avait pas encore de sens pour moi. Je n’avais pas encore lu Dorian Gray. Je croyais qu’on pouvait rester propre en se vautrant dans la fange… Je croyais qu’il y avait du bon dans chaque être humain et que cette partie-là finissait toujours par triompher… C’est beau l’innocence…

Après avoir vu le film, je m’étais mis à lire le journal des finances auquel je ne comprenais évidemment rien… je suivais les cours de la bourse… j’essayais d’imaginer comment j’aurai pu me lancer, sans capital ni contacts dans ce milieu… je lisais livres et magazines qui traitaient du sujet, mais ils étaient très rares à l’époque alors petit à petit, revenant à des préoccupations qui étaient plus « de mon âge »  j’étais passé à autre chose… mais j’ai longtemps gardé un intérêt et une certaine fascination pour cet univers et, surtout, j’avais mis un chiffre sur mes ambitions :

gekko_plage

« Je te parle pas de gagner 300 ou 400.000$ par an à Wall Street, d’être pas mal logé et de voyager en première… Non ! Je te parle de liquide !… Etre bourré de fric !… 50… ou 100 millions de $, Buddy !… Assez, pour te payer une fille comme Darian… Assez, pour profiter de TA vie… Un PRO… ou un zéro… »

 

Mon avenir était donc tout tracé. Il ne pouvait pas y avoir de demi-mesure. Je serai multimillionnaire ou clochard… Et comme je n’envisageais clairement pas de devenir clochard, il était évident que je devais devenir multimillionnaire… et j’ai passé 20 ans à poursuivre cette chimère…

Mais n’anticipons pas et revenons à notre chronologie : Septembre 96, Eric rentre de son stage « Robbins » à Hawaï avec une idée en tête !…

Les 2 demi-journées consacrées à la réussite financière l’avaient particulièrement marqué et le trading boursier y était présenté comme le plus court chemin vers cette réussite. Un stage d’approfondissement intitulé « Wealth Mastery » était programmé au mois de juin suivant, mais il avait reçu assez d’informations pour avoir envie d’approfondir le sujet sans attendre.

Son enthousiasme était partagé par un petit groupe de participants qui, comme lui, avaient été très séduits par la perspective de profiter du dynamisme des marchés financiers pour faire travailler leurs économies et accélérer leur progression vers la liberté financière. Ensemble, ils avaient pris la décision de créer un club d’investissement. Et convaincus par le dynamisme d’Éric, ils l’avaient désigné pour en être l’animateur.

Dès son retour, Éric se lança avec passion dans ce nouveau projet et se mis en tête de m’y embarquer avec lui. C’est à la fois une qualité et un défaut chez lui… Mon frère est très impatient et il ne sait pas faire les choses tout seul. Alors quand il a une idée, il faut qu’il se lance immédiatement et il a souvent besoin d’avoir quelqu’un avec lui. Et comme nous avons pas mal de sujets d’intérêt communs, il lui arrive souvent de vouloir me prendre pour acolyte… Je dois d’ailleurs reconnaître que ça n’est pas toujours pour me déplaire. Là où je suis plutôt cérébral et un peu intello, lui est plus fonceur et plus « dans l’action » alors nous nous complétons assez bien sur ce point. Le problème c’est qu’il ne m’en faut pas beaucoup, à moi non plus, pour m’enflammer pour un sujet qui m’intéresse. Alors, du coup, je ne sais pas dire non à ses sollicitations et je m’embarque avec lui sans retenue. Et une fois que je suis parti… je suis parti !

Pour le trading boursier, j’ai eu quelques hésitations. J’ai déjà expliqué qu’à ce moment de ma vie je commençais à envisager d’autres voies… L’argent et la réussite financière me séduisaient moins… je me sentais attiré par d’autres sujets, d’autres énergies… Au bout d’un moment, devant mon hésitation, il avait fini par me demander avec impatience : « Mais alors ? Qu’est-ce que tu veux faire ? »…. J’ai souvent repensé à ce que je lui avais répondu ce jour-là : « du sport et de la philo »…

Mais ma réponse ne l’avait pas convaincu… et il faut croire qu’à l’époque elle ne m’avait pas convaincu non plus… puisque quelques semaines plus tard nous étions tous les deux partis dans une nouvelle aventure :

Auctor Brothers Corporation – Traders With a Soul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :